OSINT : une technique plus efficace que l’IE et le Big Data

L’OSINT (Open Source Intelligence) est une technique de renseignement utilisée par diverses agences fédérales américaines depuis de nombreuses années. L’arrivée d’internet pour le grand public a changé pour toujours la façon dont les gouvernements collectaient leurs informations. Les entreprises américaines se servant d’internet dès le début pour développer leur activité ont immédiatement compris l’intérêt d’une telle méthode de recherche.

 

Par Alexandre Denjean

 

 

 

L’OSINT, à la différence de l’Intelligence économique comme elle est pratiquée en France, ne nécessite pas de longues formations onéreuses ou de dépendre de logiciels complexes pour être rapidement mise en place dans une entreprise. Les PME / PMI n’ayant pas les mêmes moyens financiers que les grosses entreprises, il leur très difficile de rivaliser en terme de compétitivité. N’importe qui peut pratiquer l’OSINT il n’y a pas de niveau d’étude particulier de requis, ce qui évite à une PME d’être obligée de recruter un ingénieur.
En 2005 la Commission sur les capacités de renseignement des États-Unis en matière d’armes de destruction massive a déclaré :

1/ La nature toujours changeante de nos besoins en matière de renseignement oblige l’IC à comprendre rapidement et facilement un large éventail de pays et de cultures étrangères. Les menaces d’aujourd’hui évoluent rapidement et géographiquement diffuse ; il est un fait de la vie que l’analyste du renseignement peut être contraint de passer rapidement d’un sujet à l’autre. De plus en plus, les professionnels IC doivent assimiler rapidement l’information sociale, économique et culturelle d’un pays souvent des informations détaillées dans des sources ouvertes.

 

 

2/ L’information open-source fournit une base pour la compréhension des matières classées. Malgré de grandes quantités de données, la masse d’informations classifiées produites sur un sujet donné peut être assez limitée. L’exemple le plus important aujourd’hui concerne le terrorisme où l’information open-source peut combler les lacunes et de créer des liens qui permettent aux analystes de mieux comprendre l’intelligence fragmentée, les objectifs terroristes, les rumeurs, les moyens d’attaque possibles, et les cibles potentielles.
3/ Les informations open-source peuvent protéger les sources et les méthodes. Cela peut s’avérer utile lorsque les décideurs ont besoin d’expliquer les décisions politiques ou de communiquer avec des agents étrangers sans compromettre sources classées.
L’OSINT peut être aussi utilisé pour aller chercher des informations dans le Dark Net ce que le Big Data ne peut pas faire actuellement. Les données les plus sensibles en terme de classification n’étant bien sûr pas disponibles sur les réseaux classiques.
Pour pratiquer l’OSINT il faut juste avoir une bonne connaissance d’internet et un navigateur web, bien entendu certaines techniques doivent être enseignées (c’est l’objet des formations organisées en 2016 par SecuriteOff), mais l’information devient rapidement à la portée de tous. Toute technique a toutefois son pendant, les méthodes de recherche utilisant l’OSINT peuvent être bien plus longues que celles utilisant le Big Data, mais le résultat est bien meilleur, car l’enquêteur dispose d’une meilleure perception de son sujet et transmettra des rapports et analyses plus complets.