Vidéoprotection : comment éviter de tout stocker et de tout traiter

Selon des statistiques de la CNIL l’hexagone compte 897 750 caméras autorisées depuis 1995, dont 70 003 pour la voie publique et 827 749 pour les lieux ouverts au public. Ces chiffres étant issus du rapport 2011 du Ministère de l’intérieur relatif à l’activité des commissions départementales, ils ne reflètent plus la réalité. Mais ils confirment une tendance de fond : l’intérêt de plus en plus prononcé pour la vidéoprotection. Et les attentats du 13 novembre à Paris vont inciter de nombreuses villes et entreprises à s’équiper. Mais pour être efficace, la vidéoprotection doit être utilisée à bon escient.

 

par Adrien

OR
OR